Edito – Comment anticiper le futur du travail, de la formation, de l’éducation ?

Et vous, vous sentez-vous menacé par l’Intelligence artificielle ?


En juin dernier, lors de la conférence sur les métiers de demain organisée par EdFab à Futur En Seine (nouvellement baptisé Futur.e.s) j’ai demandé aux 250 personnes composant le public si elles pensaient que leur métier serait menacé par l’intelligence artificielle.

La moitié de la salle avait levé la main. L’autre moitié avait-elle conscience d’être aussi en danger ?

 


De fait, cette nouvelle année nous rapproche un petit peu plus de cette prévision du cabinet Mc Kinsey selon laquelle « en 2035, 45% des emplois seront automatisés du fait des progrès de l’intelligence artificielle ».

Prend t-on suffisamment la mesure de cette révolution du travail si elle a lieu ? Réalise t-on son impact sur la manière d’apprendre, de se former et de travailler ?

Des millions d’individus concernés

A l’échelle d’un marché du travail européen, nous sommes des dizaines de millions d’actifs concernés, 207 millions très exactement selon Eurostat. Sans oublier toutes les écoles, les organismes de formation, et les millions d’étudiants qui devront acquérir de nouvelles compétences, pour de nouveaux métiers.

Non seulement des millions d’actifs devront envisager une reconversion, mais celle-ci devra être rapide, efficace. Idem pour les étudiants qui verront apparaître des métiers si nouveaux qu’ils devront apprendre à s’adapter en permanence. Et les écoles, quant à elles, auront la même impérieuse obligation sous peine de disparaître : se renouveler, adapter une grande partie de leurs programmes, privilégiant l’acquisition de compétences transversales, polyvalentes adaptées au monde de demain.

La EdTech, clé de la mutation de notre économie ?

C’est la raison pour laquelle le secteur de la EdTech est si stratégique aujourd’hui : mieux apprendre, plus et plus rapidement et pour un public potentiellement considérable, c’est la promesse de toutes ces entreprises réunies dans l’observatoire Edtech (observatoire-edtech.com) que nous avons construit avec la Caisse des Dépôts et la MAIF et les acteurs de l’écosystème.
Il s’agit d’une réaction en chaîne, le bouleversement du travail annonçant et provoquant celui de la formation et de l’éducation.

310 organisations sont référencées sur l'observatoire

310 organisations sont référencées sur l’observatoire EdTech

Profusion de groupes de travail

Les pouvoirs publics, les associations, les entreprises appréhendent cette révolution post industrielle, celle des emplois et des métiers, qui promet un saut dans l’inconnu aussi inédit que le fut la révolution industrielle en son temps.

L’un des symptômes de cette inquiétude s’observe au nombre de commissions, groupes de travail, rapports consacrés à l’évolution des métiers et des compétences. Chez Cap Digital, nous sommes régulièrement mis à contribution : qu’ils soient organisés par France Stratégie, la CNIL, le Cnum93, la Direccte, le Medef…

A titre personnel, j’ai été sollicité pour participer à près de 5 ateliers qui traitent de ces sujets. Est-ce trop ? Ou bien au contraire, cette mobilisation illustre t-elle la prise de conscience nécessaire des décideurs publics ?

Anticiper le monde de demain

Outre notre contribution aux réflexions indispensables qui sont menées dans ces commissions et groupes de travail, Cap Digital a anticipé ce bouleversement avec EdFab : notre structure est l’outil concret et opérationnel qui informe, anime et prépare l’écosystème précisément sur ces questions.

Sur la transformation des métiers, EdFab annonce la saison 2 de ses meetups sur les métiers de demain avec un nouveau programme et de nouveaux partenaires. Rendez-vous le 30 janvier prochain avec Manpower, Webforce 3 et l’ORT pour découvrir les témoignages de ceux qui exercent déjà les nouveaux métiers du marketing et de la communication.

Sur la formation à l’innovation, les séances d’acculturation à l’innovation reprennent dès février avec un programme riche et varié porté par nos membres ainsi que des formations au FabLab sur mesure pour découvrir cet univers ou prototyper un produit ou un service.

Sur l’innovation pédagogique, EdFab travaille avec la Caisse des Dépôts, la Maif et les acteurs de l’écosystème à une version augmentée de l’observatoire EdTech qui désormais se déclinera aussi sous la forme de petits déjeuners trimestriels. Rendez-vous dès le 24 janvier pour un petit déjeuner consacré aux acteurs qui veulent réinventer l’orientation.

A l’issue de 2018, nous saurons un peu mieux de quoi le travail et la formation de demain seront faits et, grâce à nos actions, à nos membres, et à nos partenaires, nous espérons que vous y soyez mieux préparé.

 

Benjamin Gans, directeur d’EdFab