EdFab était présent au BETTSHOW, quelques statistiques et petit tour d’horizon de choses vues !

 

Il y a 10 jours se tenait à Londres le BETTSHOW, le plus grand salon professionnel au monde consacré aux entreprises de l’éducation (et accessoirement de la formation). Il s’est tenu du 25 au 28 janvier dernier à l’Excel Center de Londres et ce sont près de 800 exposants qui y étaient présents, attirant 30 000 visiteurs. (A titre de comparaison le salon “équivalent” en France Educatec c’est 154 exposants.)

Mais le BETTSHOW c’est surtout un salon international : plus de 40 pays y sont représentés. Certains ont un immense stand organisé par leur ministère de l’éducation comme celui de l’Arabie Saoudite tandis que le Royaume-Uni étonne par le dynamisme de son écosystème éducatif si l’on s’en tient uniquement au nombre d’organisations disposant d’un stand : 513 soit 65% de l’ensemble des exposants.

bett stand pays

La France obtient une très honorable quatrième place avec 20 organisations présentes, (sans compter Business France et l’Afinef qui avaient organisé et cofinancé le pavillon français) derrière le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la Chine.

 

Cap Digital était particulièrement bien représenté, la moitié de la délégation française est adhérente au pôle : avec la présence de 10 entreprises parmi lesquelles Gutenberg Technology (Lire l’interview de David Prinçay, chef de produit chez Gutenberg Technology), Tralalère, Educlever, I-Top, Open Digital Education, Milliweb, Bayard Presse, Belin ou encore Domoscio une des rares startup françaises sélectionnée au “BettFutures”, espace réunissant les startups les plus innovantes.

 

 


Côté officiels, les exposants français du BETTSHOW pouvaient compter sur de nombreuses présences officielles comme Ollivier Lenot du cabinet de la ministre de l’éducation nationale, Matthieu Jeandron de la DNE et surtout de la ministre du numérique Axelle Lemaire.

 

Quelles étaient les tendances du BETT cette année ?

Si on se fie aux chiffres disponibles sur le moteur de recherche du salon,

on obtient les tendances suivantes :

Outre les très gros acteurs internationaux, INTEL, Microsoft, Google, entre autres, on y retrouve les grandes tendances déjà aperçues dans d’autres salons depuis quelques mois :

Learning by playing dont le stand LEGO est le plus emblématique avec des ateliers.

IMG_1065

 

Learning by doing

On ne comptait plus les stands divers et variés proposant des dispositifs d’apprentissages via des outils, des labo, des imprimantes 3D. Microsoft occupait notamment le terrain avec un immense espace dédié “Microsoft Maker Space”

IMG_1118

Immersive Learning

Là encore que ce soit les casques de réalité virtuelle, les systèmes de vidéo de multiprojections sur les murs et sur les sols, ou encore les salles gonflables pour y projeter des images comme dans une mini salle imax, “l’immersivité” était sans doute une des grandes tendances du BETT 2017.

FullSizeRender

Learning with [big] screens

Peut être n’aura t-on aussi jamais autant vu d’écrans au BETT, de plus en plus grands et tactiles. C’était aussi cela la grande mode du BETT 2017, jusqu’à 84 pouces voire plus.

image1

Learning with Robots

Toujours dans ce même souci “d’éducation augmentée” et interactive, les robots envahissent petit à petit les stands du BETT, du plus gros au plus petit.

 

FullSizeRender (003)

 

Quels marchés au BETT ?

C’est principalement le public scolaire qui était concerné si l’on en croit le nombre de solutions disponibles par public tel que nous avons pu les comptabiliser sur le catalogue du BETT.

Et demain ?

Demain c’est EduSpot, le nouveau salon de l’éducation et de la formation, du 8 au 10 mars prochain ! Un petit BETT à la française, organisé par l’AFINEF, trois jours pour découvrir les acteurs français de l’innovation et écouter les débats au cours desquels se succéderont les personnalités les plus influentes de l’écosystème.

Vous y découvrirez notamment deux conférences organisées par Cap Digital le jeudi 9 mars et le vendredi 10 mars ! Stay tuned !
En attendant, le clou du BETT était l’intervention toujours efficace même si un peu répétitive du pape de l’éducation Ken Robinson.

_ par Benjamin Gans