Du 29 avril au 3 mai, Bpifrance et Cap Digital lancent la seconde édition du Bootcamp EdTech à Boston. 10 start-up françaises pourront s’inspirer de leurs pairs américains et évaluer leurs opportunités de développement Outre-Atlantique. Nous les avons interviewés pour comprendre leurs objectifs et leurs attentes par rapport au programme.

Dans cet interview c’est Fidy Andrianarivo, Customer Success Manager ainsi que Axel et Hugo Manoukian, fondateurs de MoovOne qui se prêtent au jeu des 3 questions.

Présentez votre solution ?

Fidy : Mine de Savoirs accompagne les entreprises dans la digitalisation de leurs formations – depuis la stratégie Digital Learning, à la production de ressources pédagogiques, en passant par la conduite du changement de posture des formateurs. Au centre de ce dispositif, Mine de Savoirs développe un Learning Experience Platform (LXP) qui comme son nom l’indique permet d’améliorer l’expérience apprenant.

 

 

Hugo et Axel : MoovOne propose de démocratiser l’accès au coaching des managers pour en faire de véritables ambassadeurs de la transformation digitale de l’entreprise.

 

 

 

 

Pourquoi êtes-vous intéressés par le marché américain ? Et plus particulièrement la région de Boston ?

Fidy : Entre 2016 et 2018, avant la réforme de la formation professionnelle, nous constations peu d’intérêt en France dirigé sur la mesure de l’efficacité de la formation. Alors qu’un des aspects innovants de notre solution est justement les learning analytics (avec la norme xAPI), nous envisagions donc les Etats-Unis comme un marché plus mature et déjà acculturé à ce type d’usage. Aussi, l’écosystème EdTech à Boston est dense, et le nombre d’investisseurs spécialistes de cette thématique plus important.

Hugo et Axel : Les Etats-Unis comptent près de 28 millions de managers, c’est donc un immense marché pour nous. La place du leadership semble importante dans les entreprises américaines, et vue de France, nous avions l’impression que le marché était plus mature. Nous avons déjà quelques utilisateurs aux Etats-Unis via des clients Français ayant une empreinte globale. La région de Boston nous intéresse particulièrement car c’est seulement à 6 heures de décalage de Paris, proche du Canada et plus accessible que New York.

Qu’attendez-vous du Bootcamp à Boston ?

Fidy : En participant à ce Bootcamp, nous souhaitions disposer d’éléments tangibles sur le niveau de maturité de notre marché aux Etats-Unis, son potentiel. L’objectif est de comprendre l’écosystème, les attentes et les besoins des utilisateurs et des acheteurs, afin de savoir si le marché est “prêt” à accueillir notre technologie. La préparation au pitch investisseur est aussi un aspect intéressant pour nous, car il existe de nombreuses spécificités américaines pour cet exercice.

Hugo et Axel : Nous attendions de ce programme une véritable immersion dans le marché américain afin de bousculer nos idées reçues, nos impressions sur les besoins de coaching des entreprises américaines. La formule intensive nous permet de baigner totalement dans un écosystème start-up américain, et d’avoir le temps de nous concentrer complètement sur ce sujet.