Du 29 avril au 3 mai, Bpifrance et Cap Digital lancent la seconde édition du Bootcamp EdTech à Boston. 10 start-up françaises pourront s’inspirer de leurs pairs américains et évaluer leurs opportunités de développement Outre-Atlantique. Nous les avons interviewés pour comprendre leurs objectifs et leurs attentes par rapport au programme.

Dans cet interview, c’est John-Edwin Graf, fondateur de Beecome et Daniella Tchana, fondatrice BeSMART.edu qui se prêtent au jeu des 3 questions. Ils proposent tous les deux des solutions qui s’adresse au marché de l’Education Supérieure.

           

Présentez votre solution ?

Daniella : BeSMART-edu propose de réinventer la classe prépa. Nous avons pour objectif de préparer à distance les étudiants aux concours des grandes écoles (ingénieurs, PACES..) via une interface composée d’une tablette numérique et d’un système de visioconférence. La formule est lancée depuis janvier et de premiers clients à travers l’Europe sont déjà très satisfaits !

 

 

John-Edwin : Beecome est une solution qui permet de centraliser en un lieu la communication pour optimiser l’organisation au sein d’un établissement d’enseignement, et ce, grâce avec un palette d’outils.

 

 

 

Pourquoi êtes-vous intéressés par le marché américain ?

  • Daniella : Aux Etats-Unis, nous ciblons les lycées internationaux qui préparent des élèves au Baccalauréat français et les étudiants américains qui souhaitent rejoindre une école en France après le lycée. Il n’est pas toujours facile de comprendre le fonctionnement du système français, les opportunités offertes et comment s’y préparer. Nous sommes là pour accompagner les étudiants dans cette démarche, depuis la barrière de la langue jusqu’à la remise à niveau.
  • John-Edwin : Les Etats-Unis représentent un des plus gros marchés au monde pour nous, même s’il reste ultra compétitif car beaucoup d’acteurs sont à la pointe dans leur secteur. C’est important de se confronter aux meilleurs pour grandir, je vois la compétitivité comme un moteur de développement.

Qu’attendez-vous du Bootcamp à Boston ?

  • Daniella : J’attends de ce programme des éléments tangibles et concrets à propos du système éducatif américain afin d’évaluer la transposabilité de mon modèle. J’ai fait un travail de préparation en amont du programme notamment pour identifier de potentiels partenaires. Aujourd’hui, grâce au Bootcamp, je découvre et j’adopte les méthodes américaines (beaucoup plus directes qu’en France !) pour mieux cibler et approcher ces prospects et learnlaunch me permet d’être mis en relation facilement avec ces établissements.
  • John-Edwin : Mon principal objectif est de comprendre le fonctionnement du marché EdTech américain, au contact direct des acteurs concernés, afin de décider si notre solution est transposable sur le marché américain. C’est aussi l’occasion de rencontrer des Universités, de prendre des contacts locaux pour initier des pilotes. Enfin, les coaching individuels me permettent de travailler ma proposition de valeur, mon pitch deck et de mieux comprendre les attendus de potentiels investisseurs dans le cadre d’une levée de fond.