8-rmillerand_img_0403

Lorsqu’elle lance Wifilles en 2013, un programme inédit d’initiation aux métiers techniques de l’informatique pour un public de jeunes filles, Salwa Toko a une grande ambition : ouvrir le champ des possibles pour ces élèves en classe de troisième et de seconde et leur permettre d’élargir leurs choix d’orientations et, plus tard, leurs choix professionnels.

EdFab a soutenu l’initiative en accueillant la troisième et la quatrième promotion des Wifilles dans ses locaux de la Maison des Sciences et de l’Homme à Saint-Denis cinq mois dans l’année et en mettant à dispositions ses espaces. Vendredi 7 juillet à 18h30, une cérémonie de remise des diplômes aura lieu à EdFab, l’occasion pour nous de revenir sur le programme avec sa créatrice. L’événement est ouvert à tous, inscrivez-vous en cliquant sur sur ce lien.

Qu’est ce qui t’a donné envie de lancer le programme Wifilles ?

L’objectif du programme est de transformer un groupe de collégiennes et de lycéennes en ambassadrices des filières informatiques. Leur rôle : inspirer, développer, transmettre, révolutionner. La pédagogie active du programme Wifilles de 200 heures associe une initiation aux sciences de l’informatique via des ateliers de formation en matière de programmation, conception de sites Web, blogging, avec des rencontres et des immersions avec des professionnel-le-s de l’industrie informatique, du parrainage, des visites d’entreprises et de lieux de formation.

Qu’est ce qui attire les jeunes filles qui vous rejoignent ?

La curiosité tout d’abord et l’envie d’apprendre quelque chose de nouveau qui peut être utile au quotidien !
Certaines sont curieuses, intriguées de découvrir ce qui se cache derrière les différentes applications qu’elles utilisent au quotidien et elles se découvrent passionnées et douées pour la programmation. D’autres sont des geeks qui ont envie de se professionnaliser en quelque sorte et qui découvrent un espace où on les pousse à apprendre et maîtriser toujours plus. D’autres ont eu envie de mieux maîtriser un outil et de pouvoir venir en aide au sein de leur famille dans l’utilisation de l’ordinateur familial.

Wifilles futur en seine

Quelle est ta perception de l’écosystème numérique du point de vue de la mixité ?

Les statistiques ne sont pas rassurantes, la proportion de femmes au lieu d’augmenter diminue. Je vous invite à découvrir la très bonne étude du centre Hubertine Auclerc qui montre des chiffres alarmants, 11% de femmes dans les écoles informatiques, 9% de développeuses d’applications mobiles, etc.
Néanmoins, j’ai l’impression que cette problématique commence à faire parler d’elle. Encore la semaine dernière, Michele Obama a parlé du sujet chez Apple. Depuis 2013-2014, les mentalités ont évolué, quand j’ai créé wifilles, il fallait que j’explique pourquoi c’était fondamental que les filles soient actrices de la révolution numérique, aujourd’hui c’est une nécessité qui est plus partagée. Peut-être que cela va permettre de vraiment investir les moyens nécessaires pour que la situation change…

Peut-on rattacher la problématique de la mixité dans ces métiers de l’informatique à un problème plus global de manque de diversité ?

Oui et non. Je dirais qu’il y a deux sujets. Le premier c’est le fait que les filles s’orientent sur un nombre très restreint de métiers. Elles sont absentes des métiers techniques et donc aussi de l’informatique. Le deuxième aspect qui va être plus spécifique à la tech et aux starts up c’est ce qui est communément appelé la “bro culture” qui est incompatible avec la diversité dans toutes ses composantes. En France, une initiative comme la Grande École du numérique tente de remédier à cela.

Wifilles chez EdFab

Qu’apporte le programme aux jeunes filles, d’un point de vue professionnel mais surtout personnel ?

Le programme leur permet d’acquérir des compétences techniques, de prendre conscience des enjeux liés à l’informatique, qu’ils concernent leur vie professionnelles ou citoyenne.
C’est aussi un programme d’empowerment global qui leur donne la possibilité et l’envie de faire des choses qu’elles n’auraient pas imaginées : donner un cours de code à des adultes, prendre la parole en public, envisager une orientation différente…

Vous avez une success story en tête à nous partager ?

Il y en a plein, toutes les filles ont évolué au cours du parcours. Elles ont toutes en commun de s’offrir un plus vaste horizon pour leur avenir.
Kaouthar est la première Wifilles à avoir intégré une école informatique en 2016, l’Hétic. Elle était en 1ère STMG (management et gestion) quand elle a intégré la toute première expérimentation Wifilles en 2014. Suite au programme Wifilles, elle est devenue passionnée d’informatique pourtant elle n’imaginait pas son avenir dans un environnement aussi masculin. Elle n’est pas la seule, sur l’ensemble de la 1ère promo, la moitié des filles ont fait des études d’informatique et 85% l’envisagent.

Envie d’en savoir plus sur le programme Wifilles ? Rendez-vous sur leur site www.wifilles.org/